Comment se forme un nid de Guêpes ?

Les guêpes sont rarement appréciées, mais il faut reconnaître, comme pour les fourmis, que leur savoir-faire est impressionnant. Il faut savoir qu’il existe deux types de guêpe : la guêpe solitaire et la guêpe sociale. La première vit, comme son nom l’indique, seule. Elle vit en général sous des monticules de terre et laisses ses yeux dans des abris construits par d’autres espèces animales. Au contraire, la guêpe sociale vit en colonie, avec nombre de consœurs. Celles-ci construisent des nids pour y habiter, avec une habileté époustouflante.

Où les guêpes construisent-elles leur nid ?

Selon le type de guêpe, le lieu de leur nid ne sera pas le même et il ne saura pas construit de la même façon.

Les nids souterrains

Les guêpes de type Vespula (communes) aiment construire leur habitat dans des endroits sombres et en ruine. Ainsi, elles peuvent se loger dans un grenier ou une grange par exemple. En réalité, on les trouve généralement dans les souterrains, en lieu et place de vieux terriers abandonnés par d’autres animaux. Elles agencent ces galeries à leur bon vouloir et notamment en enlevant tous les cailloux qui gênent, ce qui explique qu’on retrouve souvent des tas de cailloux devant l’entrée du nid.

Les nids en parasol

Ce sont les guêpes de type Poliste qui aiment construire de petits nids suivant la forme d’un parasol. Pouvant contenir jusqu’à 200 habitantes, ces nids tiennent grâce à un point de fixation, qu’on appelle le pédoncule. On les retrouve régulièrement dans des coins et des endroits couverts. Même si le nid en parasol est petit, il est très résistant.

Les nids aériens

Enfin, les guêpes de type Dolichovespula construisent de gros nids en papier mâché, qu’elles installent en l’air, dans les arbres, les buissons, sous les porches… Il s’agit de nids qui peuvent contenir jusqu’à 5 000 guêpes et faisant la taille de gros ballons.

Comment la guêpe construit-elle son nid ?

Entre le printemps et l’été, les guêpes sociales construisent leur nid. Pour ce faire, elles récupèrent des petits morceaux de bois, d’écorces, de souches en grattant avec leurs mandibules. En y ajoutant leur salive, elles forment des petites boules de papier mâché, qu’elles viennent poser là où il faut dans le refuge. Elles forment de fines rangées, parallèles. Pour les nids en parasol, il n’y a qu’une unique ligne, ouverte. Le papier mâché formé est résistant à l’eau, isolant, et est très inflammable. Le nid ne sert qu’un an, et survit très rarement à l’automne et surtout au gel et au froid et aux intempéries de l’hiver. Les nids possèdent généralement une unique entrée, sous le refuge ou sur le côté. Parfois, les nids souterrains possèdent deux entrées.